[Marée noire] un sinistre et une réaction sous-évalués
Partager

La pollution aux hydrocarbures qui sévit actuellement sur la côte méditerranéenne est grave. Après les plages varoises, elle s’étend de Sainte-Maxime à Carqueiranne, atteint le Parc national des calanques, menace Porquerolles et peut-être les plages de Marseille ou de la Côte Bleue.

Ne tournons pas autour du pot : c’est une marée noire et elle est minorée depuis trois semaines par les pouvoirs publics. C’est une catastrophe écologique.

Les écologistes sont inquiets de l’absence de maîtrise de la situation. Un communiqué de la Préfecture des Bouches-du-Rhône avance sur un ton qui se veut rassurant qu’ « à ce stade, seuls quelques résidus, en quantité limitée, ont pu être observés au niveau de la calanque de Figuerolles à La Ciotat » et que « les résidus ont été ramassés ». Nous n’osons pas imaginer l’ampleur du drame si les navires qui sont entrés en collision au large de la Corse avaient été des pétroliers !
Les plans Polmar, les volontaires, les moyens mobilisés par les collectivités concernées sous la conduite des préfets du Var puis des Bouches-du-Rhône n’empêcheront hélas pas la dégradation subite de l’écosystème et du biotope. La topographie du littoral rocheux des calanques, très cisaillées et difficiles d’accès, où vivent des espèces végétales et animales fragiles rend les opérations de dépollution quasi impossibles. Quant au nettoyage de la cinquantaine de plages du Var souillées par cette glu noire visqueuse que nous connaissons hélas trop bien, il prendra des mois, voire des années…
Europe Écologie Les Verts PACA souhaite que soient communiquées l’estimation et la progression de la dérive des polluants, analyses qui se font (d’après les textes) en lien avec le Centre de documentation, de recherche et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux (CEDRE) et Météo-France.
Aucune marée noire n’est anodine. L’impact de ce drame écologique doit être évalué à sa juste mesure et rendu public.
Christine Juste, Jean-Laurent Felizia
cjuste.print@wanadoo.frecojlf83@free.fr
Porte-parole régionaux 
Guy Bénarroche, Hélène Haensler
Cosecrétaires régionaux
EELV Paca
Communiqué à la presse du 27 octobre 2018

Une réflexion au sujet de “[Marée noire] un sinistre et une réaction sous-évalués

  1. J’espère que cette pollution n’aura qu’un faible impact environnemental, mais cette situation doit hélas nous alarmer sur l’ampleur du drame si au moins un navire avait été un pétrolier ! Je suis scandalisé du manque d’anticipation par les autorités compétentes et de la désinformation… ça me rappelle le nuage de Tchernobyl qui s’était arrêté à nos frontières… est-ce ici une volonté de minorer la situation, ou, pire encore, un manque d’analyse puis de maîtrise ?…
    Oui, l’impact doit être évalué à sa juste mesure (ça prendra du temps) et rendu public. Mais il faut aussi que tous les enseignements en soient tirés sans tarder, depuis les causes de l’accident, ses conséquences immédiates, et la gestion de la crise. Les accidents sont toujours possibles (y-compris dans des scénarios surprenants, comme ici), il faut donc limiter leurs probabilités et effets .
    allez, restons optimistes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.