11 vacccins obligatoires : dans l’intérêt de qui ?
Partager

Non à la vaccination forcée !

Par Michèle RIVASI (députée européenne EELV, biologiste normalienne et agrégée, auteure de l’ouvrage Le racket des laboratoires pharmaceutiques et comment en sortir) :

La Ministre de la santé Agnès Buzyn affirme ce matin dans un entretien au Parisien qu’elle envisage d’élargir l’obligation vaccinale pour les enfants la passant de 3 vaccins (DTP) à 11 en y ajoutant :

  • Coqueluche
  • Rougeole
  • Oreillons
  • Rubéole
  • Hépatite B
  • Bactérie Haemophilus influenzae
  • Pneumocoque
  • Méningocoque C


Or, pour certains de ces vaccins la balance bénéfice / risque est à réévaluer suite à l’enregistrement ou la minoration avérée de plusieurs effets secondaires.

Par ailleurs, alors que la défiance des citoyens envers les vaccins est considérable suite à la multiplication des scandales sanitaires à répétition, la restauration de la confiance ne passe pas par l’infantilisation et le mépris des parents inquiets pour la santé et le système immunitaire de leurs enfants.

D’autre part, on peut s’interroger sur le cadeau fait aux laboratoires pharmaceutiques par une Ministre qui s’est toujours dit proche de l’industrie pharmaceutique et qui a même légitimé les conflits d’intérêts qui sont en partie à l’origine de la mise en péril de notre système de santé publique aujourd’hui.

Comme nous l’avons écrit avec les Professeurs Philippe Even et Jacques Testart dans notre questionnaire d’interpellation des candidats à la présidentielle, nous souhaitons fonder les multivaccinations, l’âge d’administration des principaux vaccins et la recommandation vaccinale sur :

  1. Les données épidémiologiques nationales évaluant objectivement les besoins de chaque vaccination ;
  2. L’efficacité devrait être jugée  non sur les seules réponses anticorps immédiates, mais sur les réponses cliniques et les résultats épidémiologiques (une réponse anticorps peut être inefficace et une réponse de l’immunité cellulaire peut être nécessaire).
  3. L’analyse objective recensée et démontrée des risques neurologiques, psychiatriques, articulaires et musculaires éventuellement associés, qui pourraient être liés, comme le montrent certaines études scientifiques, aux différents types d’adjuvants.
  4. Recenser la présence de nanoparticules métalliques non déclarées et en particulier de mercure, dans les vaccins ;
  5. L’étude des réponses immunitaires générales et cérébrales des nourrissons soumis de façon croissante à plusieurs vaccinations simultanées, alors que  les réponses de leur système immunitaire ne sont peut-être pas matures et sont encore mal connues à cet âge.
  6. L’âge de la nécessité vaccinale (le tétanos du nourrisson reste à prouver et la vaccination contre l’hépatite B n’est peut-être pas nécessaire à cet âge, puisqu’il s’agit d’une maladie sexuellement transmissible).
  7. L’analyse de l’utilité d’associer chez le nourrisson des vaccins multivalents, les uns utiles (DTP) et d’autres qui le sont moins (oreillons, rubéole) ou d’efficacité mal démontrée et qui ne sauraient donc être rendus obligatoires (BCG et même vaccination antigrippale, souvent inefficace, et qui, quand elle est efficace, n’est utile que chez le jeune enfant et les plus de 65 ans et semble ne pas ou guère réduire les risques collectifs).

Toute précipitation de la Ministre sur ce terrain sensible des vaccins chez l’enfant serait une erreur. Il faut convaincre plutôt que contraindre.

Contact presse : Sébastien Barles 06 75 00 63 31

Communiqué à la presse
Vendredi 16 juin 2017

5 réflexions au sujet de “11 vacccins obligatoires : dans l’intérêt de qui ?

  1. Je suis contre les vaccinations obligatoires, il faut que le DTP SANS ALUMINIUM , soit à nouveau produit, nous ne sommes pas dans une démocratie!!!!! chaque individu doit pouvoir choisir ou non de faire les vaccins à ses enfants…

  2. revenons aux 3 sans aluminium .. et mieux encore comme en Suede ou la vaccination n’est pas du tout obligatoire..chercher l’erreur en France…?

  3. Par la discussion, l’on découvre régulièrement des gens qui ont contracté la sclérose en plaque après une vaccination hépatite B. Ces gens n’en parlent pas et les associations qui s’en préoccupent ne seront jamais informées.
    Comment se fait il que l’on entend parler si fort de vaccination après chaque élection. …l hépatite B c’était juste après l’élection de Chirac.les laboratoires qui battent des records insensés de bénéfices financent les campagnes et c’est le peuple qu’on vaccine!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *