Gardanne : EÉLV adresse une lettre ouverte à François de Rugy
Partager

Vous trouverez ci-dessous une lettre ouverte à Monsieur François De Rugy, Ministre de la transition écologique et solidaire au sujet de la reconversion du site Uniper de Gardanne. Alors qu’un projet cohérent de transition énergétique du site de Gardanne s’appuyant sur un couplage filière mix énergétique et filière bois a été remis personnellement  au ministre* par les écologistes, cette lettre alerte le gouvernement sur la vente d’Uniper France à un groupe tchèque, annoncée par Uniper Allemagne le 24 décembre 2018. Cette vente questionne le devenir des sites charbon et leur transition énergétique vers les énergies renouvelables.

 

Bruxelles, le 2 janvier 2019

– Lettre ouverte à Monsieur François De Rugy
Ministre de la transition écologique et solidaire –

À quand la signature
des contrats de transition écologique ?

La vente d’Uniper France à Daniel Kretinsky pour EPH Energeticky a Prûmyslov (Holding (EPH) a été annoncée par Uniper Allemagne le 24 décembre. La presse allemande a titré : « Avec l’achat des sites Uniper, Kretinsky entre dans le secteur de l’énergie en France ». EPH multiplie les acquisitions dans le charbon et le gaz. Le groupe tchèque, très présent dans les énergies fossiles en Europe centrale, investit à contre-courant de l’évolution énergétique, en rachetant des centrales charbon amorties en Allemagne, en Italie, au Royaume-Uni et maintenant en France.

Dans le même temps, l’État français ayant décidé la fermeture de toutes ses centrales à charbon, en tant que ministre de la transition écologique et de la solidarité, vous vous êtes engagé dans la signature de contrats de transition écologique pour accompagner la mutation des territoires dont celui de Gardanne concerné par la fermeture de la centrale à charbon Uniper.

Dans ce cadre, vous et vos collaborateurs dont Monsieur le Préfet, avez reçu plusieurs fois depuis octobre les plus hauts cadres dirigeants d’Uniper France. Vous avez également reçu tous les acteurs politiques, institutionnels et syndicaux impliqués dans cette transition énergétique. Lors de ces rencontres, le Ministère n’a jamais fait mention de la vente par Uniper de ses activités énergétiques en France à la société de Daniel Kretinsky. L’État, garant de la politique énergétique de la France, un des leviers principaux de la lutte contre le dérèglement climatique, était-il au courant de cette vente ? Était-il tenu à la discrétion vis à vis de ses partenaires ? Cette vente questionne le devenir des sites charbon et leur transition énergétique vers les énergies renouvelables. D’autant que nous connaissons les résultats des rachats et exploitation par EPH des centrales à charbon dans les autres pays européens et que ces expériences n’augurent rien de positif.

Monsieur le Ministre, vous qui avez aujourd’hui une vision précise des objectifs de l’État en matière de transition énergétique, en avez-vous aussi une concernant les objectifs financiers et de rentabilité de Daniel Kretinsky ? Y-a-t-il cohérence et compatibilité avec la politique énergétique de l’État français ? Il est essentiel de le faire savoir car il en va de la transparence de notre politique énergétique.

En octobre, l’État s’est engagé à signer un contrat avec Marseille Provence Métropole concernant le groupe V au charbon de la centrale de Gardanne et à participer à la mise en œuvre d’un projet de transition avec l’ensemble des acteurs publics et privés.

Monsieur le Ministre, vous avez entre les mains un projet cohérent de transition énergétique du site de Gardanne « Projet de territoire en transition énergétique et gestion prévisionnelle des emplois* » qui s’appuie sur un couplage filière mix énergétique et filière bois. N’est-ce pas le moment de le faire connaître et d’en débattre publiquement avec tous les acteurs ? Nous sommes prêts à participer activement au processus et à la dynamique de transition énergétique afin que Gardanne, terre d’énergies, deviennent terre des énergies renouvelables.

Dans l’attente de vos réponses, je vous prie d’agréer,Monsieur le Ministre, nos respectueuses salutations.

Yannick Jadot, député européen, membre de la Commission parlementaire Énergie
Michèle Rivasi, député européenne, membre de la Commission Environnement et Santé
Guy Benarroche, co- secrétaire régional EELV Paca,
Rosy Inaudi, conseillère départementale EELV du Canton de Gardanne,
Brigitte Apothéloz, conseillère municipale de Gardanne.

(*) : Le contenu complet du projet  est téléchargeable via ce lien

 Télécharger la lettre ouverte

4 réflexions au sujet de “Gardanne : EÉLV adresse une lettre ouverte à François de Rugy

  1. Vous avez entièrement raison c’est peu clair pour le grand public. J’ai essayé dans un commentaire précédent de rendre notre proposition industrielle plus compréhensible.
    J’ai donc répondu au dessus sur une partie de vos préoccupations. Parlons maintenant Bois & forêts.
    La centrale à biomasse actuelle qui fonctionne très peu (fort heureusement) importe du bois du Brésil et d’Espagne. Il avait été question efffectivement d’importer du bois du Canada mais très complexe fort heureusement à cause des réglementations européennes sur les forêts. Jamais entendu parlé du bois de Scandinavie.
    En 2017, la centrale a fonctionné 750H au lieu des 7500H contractualisées avec l’Etat, soit 10 % du temps et produit 88 GWh au lieu des 1000 GWh prévus, soit 8,8 % du contrat. En 2018, la centrale a fonctionné 2245H au lieu des 7500H prévus dans le contrat, soit 30 % du temps ; elle a produit 269 GWh au lieu des 1000 GWh prévus, soit 27 % du contrat. Le groupe IV à biomasse de la centrale de Gardanne ne peut pas pour des raisons techniques fonctionner correctement et son rendement est ridicule !…
    Rosy Inaudi conseillère départementale Eelv du canton de Gardanne et moi-même, Conseillère municipale Eelv de Gardanne avons pris notre bâton de pèlerin pour convaincre les acteurs institutionnels et politique de sortir de ce cercle vicieux.

  2. Le présupposé de votre lettre ouverte concernant le « mix énergétique et la filière bois » de Gardanne me laisse perplexe. Vous ne pouvez pas ignorer le caractère catastrophique et non écologique de la production d’électricité par la combustion de quantités énormes de bois (en grande partie importé) à l’usine de cette ville. De nombreux écologistes se sont mobilisés, en vain, pour empêcher cette monstruosité qui ne vaut guère mieux que l’emploi du charbon. Dites clairement ce que vous voulez car, que cette usine soit allemande ou tchèque, je ne vois pas la différence…

    1. Bonjour,
      Il ne s’agit nullement de reprendre la centrale à biomasse qui existe, ne fonctionne pas et est une vrai gabegie en matière de bois. Voir brûler des troncs entiers est une hérésie que les générations futures payeront très cher. Aller chercher du bois à l’étranger est un pillage et au mieux la déstructuration de l’économie du pays.
      Parlons demain dès aujourd’hui
      Imaginons ensemble sur 170 Ha de construire une filière bois dont Paca est très largement déficitaire.
      une scierie séchage qui permet de produire des planches, des bois de charpentes (nous avons à Gardanne une menuiserie et un scoop qui travaille le bois de charpente et qui seraient très heureux d’avoir le début de la chaîne.
      Une usine qui fabrique de fibres de bois avec les déchets de la scierie. Le meilleure isolant voire le seul pour lutter contre la chaleur et permettre de conserver la fraîcheur d’une maison. Mieux faut conserver la fraîcheur que de devoir utiliser des climatiseurs durant les périodes de fortes chaleurs estivales.
      Une usine qui produits des pellets de bois pour le chauffage domestique à partir des déchets de l’usine précédente.
      Un site industriel qui produit des mats d’éoliennes en bois de moyenne dimension qui rappelleront nos moulins à vent et permettront d’utiliser la force du vent. Les Bouches du Rhône sont le département le plus venté de France.
      Et pour permettre à cette filière bois de fonctionner, adossons là à un réseau électrique intelligent à un rendement de 65 à 75 % contre les 30 % actuel par le charbon et la centrale à biomasse :
      Une centrale trigénération à gaz qui aura une triple fonction : produire de l’énergie électrique en quantité suffisante pour une consommation de proximité, du chauffage urbain pour les communes limitrophes et de l’énergie mécanique pour les usines de la filière bois.
      Un 2° parc photovoltaïque avec du phovoltaïque sur les toits des bâtiments municipaux, des immeubles et des maisons pour de l’autoproduction / auto consommation.
      Une production d’énergie éolienne avec un « moulin à vent éolien ». Une éolienne remplaçant la cheminée actuelle qui culmine à 297 m (Tour Eiffel à 300 m).
      Ajoutons la capacité stocker les énergies produites par la centrale, le vent et le soleil pour les réinjecter au moment des pics de consommation en hiver
      Un power to gaz. Il s’agit de stocker le surplus d’électricité en développant ainsi les capacités énergétique des énergies renouvelables grâce à leur stockage sous forme de gaz.

  3. le courrier est sans doute compréhensible pour les fins connaisseurs de ce dossier, mais peu clair pour un béotien. Lorsque vous parler d’un couplage filière mix énergétique et filière bois, de quoi s’agit-il précisément ? Quelle serait la part « bois » dans ce mix énergétique ? Je rappelle que les volumes de bois actuellement nécessaires posent d’énormes problèmes d’approvisionnement et ont des impacts importants sur la biodiversité régionale, notamment dans des espaces naturels protégés (plaine des Maures dans le Var, parc naturel des Alpilles, etc.). Qu’en est-il également des émissions de CO2 liées aux coupes et au transport du bois ? J’ai cru entendre que la centrale de Gardanne envisageait de s’approvisionner en bois au Canada ou en Scandinavie. Qu’en est-il à ce propos? Il ne faudrait pas que sous couvert de transition énergétique, la solution proposée soit pire que le mal. Merci pour vos réponses à mes interrogations

Les commentaires sont fermés.