Marseille Injustice et immense douleur suite à l’effondrement des trois immeubles
Partager

– Communiqué à la presse – 
Cela se passe où ? Dans un bidonville de Bogota ?
Non. Dans le centre-ville de Marseille, deuxième ville de France.
Après l’incurie, l’indécence . Sur les réseaux sociaux, les seules publications de G. Chenoz président de la SOLEAM sont des photos d’autres murs détruits : ceux du chantier de La Plaine. La maire de secteur incriminait la pluie sur toutes les ondes. Mais nous savons que depuis des décennies l’inertie de la ville et la volonté de l’équipe municipale de laisser pourrir au sens propre ce quartier pour en chasser ses habitants sont les seules vraies responsables.
Ce quartier comme le chantier de La Plaine fait partie de manière évidente du plan de gentrification du centre-ville. Il a été abandonné comme la majorité du 1er arrondissement, sa rénovation sans cesse repoussée, sans mesure de sécurité malgré la mise en péril de la population.
Eradiquer l’habitat indigne et insalubre n’est pas la priorité de la municipalité ou de la métropole.
On préfère dépenser des millions pour requalifier 600 m de la Rue Paradis …
Ce drame prévisible doit changer cela.
Il faudra également mettre face à leur responsabilité Marseille Habitat et la SOLEAM.
N’oublions pas tous les autres immeubles qui ne sont pas en bien meilleur état, comme autant de tragédies en germe, sur l’ensemble de la ville.
Pour Europe Écologie les Verts Provence-Alpes-Côte d’Azur
Nouriati Djambae
Conseillère Métropolitaine
Lydia Frentzel
Conseillère municipale
Hervé Menchon
Conseiller d’arrondissement
Michèle Rubirola
Conseillère départementale
Christine Juste
Porte parole EELV PACA
Marseille le 6/11/18
On en parle ailleurs : « Marseille: l’insalubrité en question » sur le site de l’express

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.