NDDL : Merci
Partager

Notre-Dame-des-Landes

Merci à L’ACIPA, merci aux zadistes
et à toutes celles et ceux qui prônent
une nouvelle citoyenneté écologiste

Le Premier ministre l’a annoncé le 17 janvier 2018 : le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes est abandonné et l’actuel aéroport de Nantes-Atlantique sera modernisé ; les terres expropriées seront rendues à leurs propriétaires ; les zadistes qui occupent la zone ont jusqu’au printemps pour évacuer les lieux… Le gouvernement a pris la bonne décision. Les écologistes se félicitent de ce choix historique qui met au panier destruction de la nature, bétonnage, pollutions, études biaisées, clientélisme, productivisme, mégalomanie…

C’est avant tout l’ACIPA* et les zadistes qu’il faut applaudir pour leur travail et leur ténacité sans faille tout au long de cette lutte emblématique qui perdure depuis 50 ans !

Sur place, vivent depuis parfois deux décennies plusieurs centaines de personnes, jeunes et moins jeunes, mais aussi des enfants. Cette population hétéroclite, au-delà de sa résistance à ce projet destructeur, essaie de vivre en imaginant un autre possible qui tourne le dos à l’utra-consumérisme. Ainsi, aujourd’hui, une sorte de grand village actif a pris vie dans la ZAD avec plus d’une cinquantaine de lieux de vie et d’activité : crèche, bibliothèque, forge, moulin, épicerie, tannerie et studio de hip-hop !… les habitants troquent objets, denrées et services, font leur pain, cultivent leurs fruits et légumes, produisent leur viande et fabriquent même leur bière !

Nous souhaitons que des solutions soient trouvées pour que les zadistes qui ont installé leur vie dans la zone de NDDL et ont permis de sauver ces terres agricoles, puissent s’ils le souhaitent y rester légalement ; à l’image du grand mouvement de désobéissance civile non violent qui conduisit François Mitterrand à refuser en 1981 l’extension du camp militaire du Larzac… et où l’État avait signé des baux emphytéotiques avec des occupants sur une partie des territoires concernés.

Pour les 5 groupes locaux d’EÉLV du Vaucluse :
Marie Christine Kadler : Apt
Jean-Pierre Cervantes : Avignon
Malika del Amo : Contat Venaissin
Serge Marolleau : Haut Vaucluse
Jacques Olivier : Sorgues et Durance

(*) ACIPA : Association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Communiqué à la presse du 17 janvier 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *